Dans un précédant article, j’ai publié quelques images de mon Raspberry Pi 400 fraichement reçu, sans entrer dans son utilisation. Après avoir essayé l’adaptateur VGA, voici maintenant mon retour d’expérience / tuto sur le retrogaming sur Raspberry Pi 400.

Un ordinateur tout-en-un

Petit rappel : Le Raspberry Pi 400 est un clavier contenant un genre de Raspberry Pi 4, dans un autre format, avec 4Go de RAM et un poil de puissance en plus (1,8 GHz pour le Pi 400 et 1,5GHz pour le Pi 4). La machine boot sur micro-SD ou sur USB, donc oubliez la peur de la micro-SD qui nous lâche.

C’est donc un ordinateur tout-en-un, comme à l’époque de l’Amstrad CPC, de l’Amiga 500, de l’Atari ST ou du Commodore 64. Il suffit de relier le Pi 400 à un écran, une alimentation et une souris et on a un petit PC discret et fonctionnel.

Alors oui, on pourrait prendre un Raspberry Pi 4, lui coller un écran et faire la même chose. Mais là, on est plus dans l’esprit des ordinosaures cités plus haut. Tout est une question d’esprit rétro dans cet article.

Installation de Batocera sur le Raspberry Pi 400

Comme le Pi 400 boot sur USB, je ne vais pas m’embêter avec une micro-SD, mais plutôt prendre un petit SSD pas cher. Comme toujours, on commence par flasher l’image de Batocera avec Etcher. A l’heure où j’écris l’article, Batocera 29 est déjà compatible Pi 400 mais il le wifi ne fonctionne pas. Ce bug sera corrigé dans la V30. Mais on s’en fout un peu, on fait du retro !

Etcher-gif

Pour plus de détails sur l’installation de Batocera, rendez-vous sur cet article.

Une fois l’image flashée, on débranche et on rebranche le SSD sur le PC. Il faut ensuite éditer le fichier cmdline.txt et remplacer dev=/dev/mmcblk0p1 par dev=/dev/sda1 dans la longue ligne de commande.

Vous pouvez maintenant brancher le SSD sur le Raspberry Pi 400 (sur un port USB 3 bleu) et démarrer ce dernier. Batocera va démarrer et finir son installation.

L’Amstrad CPC Pi 400

Pour plus de confort dans les menus et sortir facilement de certains émulateurs, j’ai tout de même connecté un gamepad XBOX 360 filaire à mon Pi 400. Ouais, c’est pas retro ça… mais pratique… Sinon, voici quelques touches du clavier utiles pour naviguer dans les menus :

  • Espace : Menu
  • Backspace : Select
  • Entrée : Entrer dans un sous-menu
  • Esc : Revenir en arrière

Avant d’aller plus loin, on passe Batocera en français en allant dans Menu > System Settings > Language et on reboot avec Menu > Quit > Restart System.

Reste à mettre des disquettes dans le zinzin ! On branche un câble Ethernet derrière le Raspberry Pi 400, on va dans Menu > Paramètres Réseau et on note l’adresse IP.

Ensuite, depuis un PC, on va à l’adresse IP indiquée :

Les disquettes sont à déposer dans share\roms\amstradcpc. Généralement, on trouve facilement des disquettes de jeu Amstrad CPC sur Google (je ne peux pas vous dire où) sous forme de fichiers .dsk. J’ai copié quelques jeux de mon enfance sur le Pi 400 :

Ensuite, sur Batocera, on rafraichit la liste de jeux dans Menu > Paramètres des jeux > Mettre à jour les listes de jeux.

On peut maintenant lancer les jeux Amstrad.

Barbarian Amstrad CPC sur Rasberry Pi 400
Barbarian Amstrad CPC sur Raspberry Pi 400

NB : Pour quitter un jeu, il suffit d’appuyer sur la touche Esc.

C’est un bon début. Mais pour le moment, la liste de jeux est un peu moche :

Quelques jeux Amstrad CPC sur Batocera

Heureusement, on peut récupérer les jaquettes des jeux et des captures d’écrans (et même les modes d’emploi de l’époque) avec le Scraper de Batocera en allant dans Menu > Scraper > Lancer le scraper > Démarrer. Une fois les téléchargement d’images terminées, on rafraichit à nouveau la liste des jeux (comme précédemment) et c’est déjà plus sympa :

Dans l’exemple ci-dessous, j’ai réglé le scraper pour qu’il utilise « Mix d’images V2 » comme images sources.

Ok, c’est mieux. Mais j’aimerais que l’ordinateur démarre directement sur ma liste de jeux Amstrad. Pour ça il faut faire 2 réglages dans Menu > Paramètres des collections de jeux : Démarrer sur le système : Amstrad CPC et activer l’option Démarrer sur la liste de jeux.

Conclusions

Même si tout fonctionne, que je peux jouer à mes vieux jeux Amstrad sur ce petit PC tout en 1, je ne suis pas 100% satisfait. Ce n’est pas la même expérience que rejouer sur MON vieil Amstrad CPC 6128 que j’ai modifié avec un Gotek. Même après toutes ces années, mon cerveau se souvient encore de l’emplacement de chaque touche du clavier Amstrad.

Mon vieil Amstrad CPC 6128 avec un Gotek à la place du lecteur de disquettes

Faisons le tri :

J’ai aimé :

  • Le format ordinateur tout-en-un, comme l’Amstrad
  • Le fait de pouvoir relier l’ordinateur à un écran via HDMI (contrairement à mon vieil Amstrad CPC et son adaptateur Péritel)
  • Le respect du format 4/3 par Batocera
  • Retrouver les jaquettes et notices de jeux de l’époque grâce à Batocera
  • La facilité de mise en œuvre : Pas de BIOS à chercher sur le net, juste quelques fichier dsk à copier.
  • La possibilité de jouer au clavier sur certains jeux comme à l’époque

Ce que j’ai moins apprécié :

  • Le fait d’avoir encore une fois l’interface Emulationstation sur cette machine. Même si j’adore cette interface, elle me rappelle que je ne suis pas devant un Amstrad
  • Je ne suis pas devant un clavier Amstrad avec la disposition des touches de l’époque. Seul une réédition du même style que celle du Commodore 64 (réédité en TheC64) pourrait me donner cette illusion
  • Certains jeux ont mal vieilli et ma nostalgie en prend un coup
  • Le câble micro-HDMI. Quelle connerie ! Il y avait la place pour un vrai port HDMI !

Enfin, quelques réponses à des questions sur l’émulation sur Raspberry Pi 400 :

  • Est-ce que le Raspberry Pi 400 est assez puissant pour faire tourner des jeux Nintendo 64 ? Oui. J’ai même testé la Saturn, la Dreamcast, l’Atomiswave et la Naomi. C’est aussi bien que sur un Odroid XU4
  • Est-ce que le Raspberry Pi 400 chauffe ? Non.
  • Est-ce qu’on peut en faire un Amiga 500 ? Un Atari 520 ST ? Un Commodore 64 ? Un ZX Spectrum ? Oui, on peut faire tout ça. Mais je n’ai pas encore essayé.
  • Est-ce qu’on peut faire la même chose en branchant un clavier sur un Raspberry Pi 4 ? Évidemment, oui. On aura un peu moins de puissance, mais ça reste laaaaargement suffisant pour ces vieux ordinateurs.

Enfin pour terminer, une dernière petite astuce : Si après une mise à jour de Batocera sur SSD (ou clé USB), le Raspberry ne boot plus, modifier à nouveau le fichier cmdline.txt comme indiqué plus haut et tout rentrera dans l’ordre.

Des questions ? Besoin d’aide ? Demandez-moi dans les commentaires.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *