Quoi ??? Un mini PC pour ça ?? Et pourquoi pas un Raspberry Pi ? Tout ça pour jouer à la Nintendo et la Megadrive ??? Gnagnagna pour 30€ tu fais pareil ! Voilà le genre de bêtise que je lis régulièrement. Sans allez trop loin dans les explications, voici pourquoi, en 2021, je trouve tentant de choisir plutôt un mini PC.

Pourquoi prendre un mini PC plutôt qu’un Raspberry Pi en 2021 ?

Avant toute chose, j’adore le Raspberry Pi. Je les ai tous achetés. J’avais précommandé le tout premier avant même sa sortie et j’ai eu l’un de ces modèles qui avaient 2 fois moins de RAM (256Mo sur un modèle B, si si, ça a existé !). Mais la pénurie de micro conducteurs fait que les Pi 4 2Go sont rares et/ou plus chers et que je n’ai pas besoin de modèles 4Go ou 8Go pour mon utilisation, surtout aux tarifs exorbitants que je vois en ce moment. Plus de 100€ pour un kit avec une alimentation no-name, ça calme. La fondation Raspberry n’y peut rien, c’est la loi de l’offre et de la demande qui veut ça.

Certains diront que l’on trouve encore des Pi3 pour un prix raisonnable. Non ! Je les trouve dépassés pour l’émulation de certains jeux. Je ne veux pas de ces glitch audio et autres saccades sur Kirby’s Dream Land 3 sur SNES ou encore sur Street Fighter III 3rd strike sur FBNeo. Et j’aime la Dreamcast, la Naomi, l’Atomiswave, la PSP et faire tourner mes jeux PSX avec le génial DuckStation. L’émulation ne se limite pas à la Super Nintendo ! Donc en-dessous du Pi4, non merci, c’est sans moi. Je viens de passer beaucoup de temps à fabriquer une nouvelle borne d’arcade et c’est hors de question de la brider avec un vieux Pi 3. Elle mérite mieux. Elle mérite Guilty Gear XX sur Sega Naomi.

Kirby's dreamland 3 sur Super Nintendo
Kirby’s dreamland 3 sur Super Nintendo, un peu trop lourd pour un Raspberry Pi 3

Une alternative pourrait être un Odroid XU4 / XU4Q ou encore l’Asus Tinkerboard (Autour des 100€ avec alimentation et carte micro SD). Je possède déjà un XU4Q. C’est petit, puissant, ça a tout pour bien émuler jusqu’à la Dreamcast et la PSP, mais au fil des années, j’ai constaté un soucis de taille : La carte n’étant pas aussi répandue qu’un Raspberry, les nouvelles release de Recalbox ou Batocera sont sans doute moins testées sur cette carte et j’ai fréquemment rencontré des bugs énervants (comme l’infâme Recalbox 6.0 que la version 7.2 m’a heureusement permis d’oublier). Des bugs que je ne vois pas sur les versions Raspberry Pi 4.

ODROID XU4Q

Au final, l’écart de prix entre les kits Raspberry Pi 4 et les mini PC est tellement faible que j’ai voulu essayé ce que donnait l’émulation avec un mini PC Intel Celeron J3455 vendu sur Amazon à moins de 150€.

Ma présentation de l’ACEPC AK1, avec photos du déballage et spécifications se trouve ici.

Batocera sur un mini PC avec un Celeron J3455

Pour rappel, Batocera peut s’exécuter directement depuis une clé USB, sans l’installer sur le disque dur ou le SSD du PC. Je vais utiliser cette méthode pour mes tests. La première étape consiste comme d’habitude à télécharger la version x64 de Batocera et l’installer sur la clé USB avec Etcher.

Etcher
Etcher

Ensuite on peut brancher la clé USB sur le mini PC. Mais attention : Par défaut, l’AK1 bootera sur l’eMMC (et donc Windows). Il faut faire quelques modifs dans le BIOS pour qu’il démarre sur la clé USB.

Allumer le PC et appuyer sur la touche F2 (dans le doute, plusieurs fois…) pour accéder au BIOS.

Dans Boot, mettez l’option UEFI USB en premier et UEFI Hard Disk:Windows en deuxième.

Dans Security, allez dans la section Secure Boot tout en bas :

Désactivez le Secure Boot :

Puis appuyez sur F4 pour sauvegarder et quitter.

L’ordinateur va redémarrer sur la clé USB et lancer Batocera.

Ensuite, c’est du classique si vous connaissez déjà Batocera. Commencez par changer la langue, si l’anglais ne vous convient pas, en allant dans le menu (bouton Start de la manette ou touche espace du clavier), puis System Settings > Language :

Toujours dans les réglages de System Settings, j’ai mis Audio Output sur HDMI0 PCH [HDA INTEL PCH] pour que le son sorte par l’HDMI. Un petit redémarrage (Quit > Restart) pour enregistrer les changements et on passe aux choses sérieuses.

Comme d’habitude, vous ajoutez les BIOS depuis un autre PC en les glissant dans \\batocera\share\bios et les jeux dans \\batocera\share\roms. Pour trouver les bios, cherchez « FULL PACK BIOS BATOCERA » sur Google et pour les jeux, Google, Bing ou vos amis… Ou faites des images de vos vieux CD de Playstation pour rester dans la légalité…

Performances de Batocera sur un mini PC ACEPC

Avons de donner les résultats de mes tests, petit rappel des spécifications de ma machine : L’ACEPC AK1 est « propulsé » par un processeur Intel Celeron Apollo Lake J3455 (4 coeurs, 4 threads), Intel HD Graphics 500 comme puce graphique et 4Go de RAM. Pour l’émulation, c’est le processeur qui importe le plus (2Go suffisent).

J’ai testé les plateformes suivantes : Megadrive, SNES, PS1, PS2, PSP, Dreamcast, Atomiswave, Naomi, Gamecube, Wii et XBOX.

Performances
MegadriveSans surprise, n’importe quel jeu Megadrive fonctionne sans problème
Super NintendoLà encore, aucun soucis, même avec les jeux trop gourmands pour un Pi 3
Playstation 1Ça tourne à merveille sans aucune perte de frame et Duckstation fait des miracles sur les vieux jeux
Playstation 2J’ai réussi à faire tourner correctement certains jeux 2D (Marvel VS Capcom 2), mais cette machine est trop limité pour les jeux PS2 3D comme Tekken Tournament
DreamcastAucun soucis rencontré avec les jeux Dreamcast, c’est parfaitement fluide.
Sega NaomiTrès logiquement, avec son architecture identique à la Dreamcast, ça fonctionne sans le moindre glitch
AtomiswaveComme pour la Naomi, c’est parfait.
Sega SaturnJ’ai test Daytona USA et Destruction Derby. C’était totalement injouable.
PSPUn jeu gourmand en ressources comme Tekken 6 tourne à merveille. J’ai pu pousser la résolution de l’émulateur en 2X 960X544, mais pas au-delà. On arrive aux limites de l’AK1.
GamecubeMême si certains jeux pour gourmands sont jouables, je ne peux pas recommander cette machine pour la Gamecube. Il faudrait plus de puissance.
WiiMario Kart Wii est presque jouable, mais c’est lent. Le processeur n’est pas assez costaud pour émuler la Wii
XboxDead or Alive 3 ramait dès l’écran d’intro. Donc non, c’est injouable.

Étant donné la puissance de la machine, je n’ai pas tenté la PS3 ou la Wii U.

Conclusions

Y a-t-il vraiment un gain par rapport à un Raspberry Pi 4 ? Autant le dire tout de suite : Ce gain est très faible. J’ai remarqué de meilleures performance avec l’AK1 sur l’émulation PSP et on pourra jouer à quelques jeux PS2 (Marvel VS Capcom 2 en 50fps), mais il ne faut pas espérer plus.

Le premier vrai avantage que je vois est que l’ACEPC AK1 permet aussi de faire tourner Windows. Donc on peut imaginer une petite machine Windows / Batocera avec un dualboot et profitant de l’emplacement 2.5 pouces pour un SSD.

Le second avantage est bien sûr le stockage de 64Go d’eMMC intégré au PC, bien plus fiable que les cartes micro SD que l’on met dans les Raspberry Pi.

Peut-être qu’un mini PC légèrement plus puissance comme le Beelink Mini PC GK offrirait de meilleurs performances sur PS2 et Gamecube.

Beelink Mini PC GK
Beelink Mini PC GK

Evidemment, une bête de course munie d’un Intel Core I7 comme le CHUWI Mini PC CoreBox X serait très largement devant, mais on n’est plus dans le même budget.

CHUWI Mini PC CoreBox X, Intel Core i7-6560U
CHUWI Mini PC CoreBox X, Intel Core i7-6560U

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *